Samedi 30 octobre, le conseil de quartier n° 1 comprenant les sections de Labouaye, Mathurin, Bas-du-Fort, Grand-Baie et Labrousse, a tenu sa toute première manifestation : Mon quartier en action – Journée Infos pratiques. Elle s’est tenue aux abords de la mare de Diavet à Besson, Le Gosier.
Il s’agissait « de porter aux habitants de ces quartiers des informations qui ne parviennent pas jusqu’à eux, car bon nombre d’entre eux, ne se déplacent pas et restent bien souvent dans leur quartier ou leur habitation », précisait Renetta CONSTANT, Adjoint au Maire et élue en charge de ce conseil de quartier.

Les différents stands répartis sous les chapiteaux abritaient les partenaires qui communiquaient au public, encore trop peu nombreux, des informations relatives à la sécurité routière, à la prévention du diabète, à la santé bucco-dentaire, à l’environnement, à l’insertion sociale et professionnelle.

En liminaire, Madame Renetta CONSTANT, a rappelé les missions du conseil de quartier. Madame Roberte MERI-CINGOUIN, Première Adjoint au Maire précise que cette volonté du Maire -d’avoir mis en place les conseils de quartiers- doit prendre sa réelle vitesse de croisière et félicita les habitants et les partenaires pour leur participation à cette manifestation.

Mesdames LABOR et SAINT-AURET ont mis l’accent sur le rôle joué par l’Agence Départementale d’Insertion du Gosier. « On ne peut pas vouloir s’insérer, si soi-même, on n’y met pas un peu de bonne volonté !! ». Cette phrase de Marlène LABOR traduisait une situation, plus d’une fois vécue, où elle a le sentiment que les administrés voient en l’ADI, non pas un tremplin pour sortir d’une situation précaire, mais un assistanat sans fin. Elle déplora l’absence des jeunes sur cette manifestation.

Madame VERDOL, représentante de l’association Passerelle Plus, sise au Gosier, précisa les missions de l’association à travers des ateliers : couture, informatique, art floral et peinture sur tissu. Son objectif principal est la lutte contre l’exclusion et l’insertion professionnelle des usagers de toute tranche d’âge. Cette noble et très utile mission est également l’apanage de l’association Flè a Mango, représentée par Monsieur Mickaël MONTOUT, connu pour son engagement auprès des jeunes en déserrance du Gosier. Mobilisé ce jour pour porter au jeune public des informations relatives aux dégâts des addictions telles que les drogues et l’alcool, aux différents moyens de contraception, le stand de Flè a Mango, pourtant riche en informations, était quasi désert. L’autre pan de la prévention médicale représentée à cette manifestation et d’une importance capitale, était le stand du Docteur Alain COPAVER, chirurgien dentiste. La santé bucco-dentaire, trop souvent, reléguée en second plan, est aussi importante que la santé « du corps ». Elle permet une prévention de certaines maladies comme les cardiopathies. Une mauvaise hygiène dentaire peut entraîner des complications au niveau des reins ou d’autres organes vitaux, « mais ça, le public ne le sait pas, et je félicite cette action de la municipalité afin de porter aux citoyens des informations importantes sur la santé » a ajouté le Docteur Alain COPAVER.

Afin de bien ancrer le principe des conseils de quartiers aux habitants, la présence de Monsieur Edmond SAINSILY, Président de la Commission des sages avait toute sa légitimité. Sans volonté de se substituer ni aux associations de quartiers, ni aux conseils de quartiers, la Commission des Sages peut écouter les doléances des administrés et les faire remonter à la municipalité. Ayant un rôle quelque peu restreint, elle peut toutefois établir des rapports et mettre en exergue des actions sur l’inter-génération.

Le Point Informations Jeunesse, service de la ville, représenté par Madame Juliette MANLIUS a rappelé son rôle d’accueil des jeunes de 16 à 25 ans et sa mission d’accompagner ces jeunes vers les structures à vocation sociale, comme l’ADI, le CCAS, la CAF …

Madame Carole MAISETTI, Directrice du service environnement de la ville, a quant à elle, mis l’accent sur un problème d’actualité : la lutte contre la prolifération des gîtes larvaires de l’aedes aegypti, moustique vecteur de la dengue, même si le pic de l’épidémie est passé. Il a été rappelé que les larves se développent dans l’eau claire et non les eaux saumâtres. Les petits récipients laissés aux abords des habitations sont extrêmement dangereux et représentent des nids de prolifération. Le mauvais écoulement des eaux de pluies dans les gouttières est également à l’origine des gîtes. Une étude a prouvé que l’épidémie a démarré à Bas-du-Fort, dans une résidence de standing dont les gouttières étaient très mal posées. La lutte contre la dengue n’est pas qu’une affaire de municipalité, mais l’affaire de tous, a martelé Carole MAISETTI. Une action conjointe, menée par l’ARS, l’association Flè a mango et les jeunes du service civique est en cours et permettra de sensibiliser les habitants de certains quartiers, aux gestes citoyens à avoir en vue l’éradication du nuisible ; de même, des dispositifs réglementés pour le ramassage des véhicules hors d’usage (VHU) ne sont pas suffisamment connues de la population. Il existe deux points de collecte : Jarry à Baie-Mahault, et Jaula au Lamentin. Depuis le début de l’année, 300 VHU ont été ramassés au Gosier par les services de la Ville, pourtant il reste encore plus du triple sur le territoire et il faut savoir que le ramassage d’un VHU, représente un coût moyen de 160 € pour la municipalité.

Cette manifestation « Mon quartier en action ! Journée Infos-pratiques » a tenu ses promesses quant à la transmission d’informations diverses à la population des quartiers, malgré une présence timide du public due, sans doute, à l’alerte jaune, diffusée le matin sur la Guadeloupe.

Haut de page