Vendredi 30 septembre 2011, le Lycée polyvalent de Rivère des Pères, à Basse-Terre fêtait ses 20 ans. Aspirant à l’excellence, l’établissement a récemment décroché le label "lycée des métiers du bâtiment et des métiers d’art appliqués". Pour inciter les élèves à réaliser leurs rêves et à poursuivre leurs ambitions, le lycée a par ailleurs choisi de mettre en avant les compétences de nos savants, au premier rang desquels le scientifique Gosiérien Raoul George Nicolo dont l’établissement porte désormais le nom.

La cérémonie de baptême du lycée a eu lieu en présence de l’épouse de Raoul George Nicolo et du neveu de celui-ci. La Ville du Gosier, qui a mis à disposition de la structure un certain nombre de documents ayant appartenu à l’illustre personnage, avait bien entendu été conviée pour l’occasion. Marie-Flore DESIREE, élue déléguée à la Culture, a exprimé sa fierté de voir un Gosiérien de talent mis à l’honneur : "Raoul Georges Nicolo était déjà reconnu dans sa commune, notamment au travers de la médiathèque qui porte son nom et du prix de la nouvelle scientifique Raoul George Nicolo, créé en 2011. Aujourd’hui, c’est dans la Guadeloupe entière qu’il est reconnu !"

Biographie

Naît en 1923, au Gosier, de parents agriculteurs.
En 1962, soutient à la faculté des sciences de Paris une thèse de doctorat en sciences dirigée par le duc Maurice de Broglie, prix Nobel de physique nucléaire (il obtient d’ailleurs la mention « Très honorable »). Il devient ainsi le premier guadeloupéen diplômé d’un Doctorat ès Sciences.

C’est le premier Guadeloupéen ingénieur radioélectrique de l’École centrale de TSF et ingénieur au Commissariat à l’énergie atomique en France. Il invente la technologie multicanal permettant la réception de plusieurs chaînes sur un poste de télévision.

Il a participé à l’invention du procédé et du dispositif de contrôle de réactivité en régime sous-critique des piles atomiques.
En 1963, il fait paraître l’ouvrage La pompe à diodes et L’électronique dans les appareils de contrôle nucléaire.

En 1981, il est le premier candidat Noir à l’élection présidentielle française. Il est d’ailleurs bien connu des étudiants en droit pour avoir donné son nom à un célèbre arrêt du Conseil d’Etat du 20 octobre 1989.
Impliqué dans la vie municipale de sa commune natale, il est élu au conseil municipal de 1983 à 1989.

En 1992, l’International Biographical Center Of Cambridge (Royaume-Uni) le distingue comme l’une des plus grandes personnalités intellectuelles de la planète.
Il décède en 1993.

Haut de page