« Rendez-vous aux jardins » est une manifestation initiée par le Ministère de la Culture et en est aujourd’hui à sa onzième édition.
La thématique choisie pour l’édition 2013 est "Le jardin et ses créateurs".
L’occasion pour les gosiériens de participer, eux aussi, à cet événement.

A l’occasion de la 11e édition de Rendez-vous aux jardins, la ville du Gosier a proposé de nombreuses animations à destination des scolaires : Concours de dessins de jardins avec les écoles du Gosier sur le thème du jardin imaginaire, visite du jardin paysager du parc du Calvaire, projection de films et L’heure du conte au jardin.

Les adultes n’ont pas été oubliés du programme, puisque c’est aussi à l’occasion de Rendez-vous aux jardins qu’est organisé le concours de jardins créoles et balcons fleuris, avec visite des jardins le jeudi 30 et le vendredi 31 mai et Remise des prix le 1er juin 2013.

Le programme au Gosier

Samedi 1er juin 2013

• Exposition photo « L’envers du pays » de Bernard GOMEZ

Exposition de photos de jardins créoles du Gosier – Médiathèque Raoul Raoul Georges Nicolo

• 19h projection du film « Le pays à l’envers »

Film réalisé par Sylvaine Dampierre - 1h30min – Guadeloupe - 2008

Synopsis :
Un voyage personel en mémoire esclave au coeur de la Guadeloupe. De retour dans l’île que son père a quitté 50 ans plus tôt, la cinéaste remonte le cours du temps pour retracer l’histoire de son nom. Au fil de ce voyage initiatique
sur les terres d’enfance de son père, son enquête nous transporte jusqu’à
l’époque de l’esclavage. Aux archives, dans les écoles créoles ou les ruines des usines à sucre, se croisent les chemins d’une mémoire vivante, se dessine la vision d’un pays où les récits, les corps, les musiques, parlent avec force d’une histoire qui résonne encore.

Le film se compose comme un jardin créole, dans le foisonnement des images
et des récits ; il s’attache à la terre, entremêle repères intimes et mémoire collective. Avec Michel Rogers, généalogiste habité, à travers les souvenirs du père exilé ou dans les pas de Léna Blou, chorégraphe inspirée et de ses jeunes élèves, il déchiffre les traces contemporaines de l’esclavage, voire du colonialisme en
général. Au détour de la Guadeloupe d’aujourd’hui il tend un miroir à la France dite métropolitaine : il part à la recherche de l’envers du pays.

Biographie de la réalisatrice :
L’identité comme vecteur.
Membre de l’équipe des Ateliers Varan depuis 1993, Sylvaine Dampierre est
formatrice dans le cadre de stages d’initiation à la réalisation de cinéma documentaire. Elle est l’auteur de plusieurs oeuvres dont Le pays à l’envers. Originaire de la Guadeloupe, elle est monteuse jusqu’en 1998 puis crée
avec Alain Moreau, « Télé-Rencontres », canal interne de télévision à la maison d’arrêt de Paris la Santé. Elle commence à réaliser des films vers cette époque, à commencer par L’île qui s’attache à un jardinier qui a posé ses terres
au milieu d’une usine Renault désaffectée où il a travaillé toute sa vie.

Elle co-réalise trois films avec Bernard Gomez (Un enclos, La rivière des galets et Green Guerilla) ou encore Pouvons-nous vivre ici ? autour des conséquences de l’explosion de Tchernobyl : l’identité, l’écologie, la communauté sont donc les principaux thèmes récurrents dans l’oeuvre de cette réalisatrice qui signe, avec Le pays à l’envers (2009), un retour à sa Guadeloupe natale. Dans ce film plusieurs fois primé, elle dresse un voyage initiatique consacré au pays.


Informations : 0590 84 58 50

Haut de page