Il a navigué sur tous les supports, catamaran, planche à voile, hobby cat,etc.
Vice champion d’Europe en catamaran en 1997, il est co-détenteur du record du tour de la Guadeloupe à la voile avec Yvon BOURGNON.

- Qu’est-ce qui a motivé le choix du Gosier pour l’épreuve de voile ?

Il faut d’emblée signaler que les organisateurs des jeux des îles ont opté pour le fait de déléguer au mouvement sportif l’organisation des épreuves. Il faut savoir que la ligue de voile est historiquement très implantée en région pointoise. De plus, le plan d’eau du Gosier est de qualité car plusieurs championnats y ont déja été organisés et se sont très bien déroulés ce qui nous amène à dire qu’il est on ne peut plus adapté tant pour les sportifs (vent, mer) que pour le public, qui, du littoral aura une vue imprenable sur le déroulement des épreuves.

- Nos représentants sont-ils en mesure de se distinguer durant l’épreuve ?

On pense qu’ils pourront briller car nous allons aligner des concurrents de niveau national qui ont les capacités pour se mettre en évidence.

- Quelles sont nos meilleures chances de médailles ?

Chez les garçons, nous avons deux représentants, Jérémy FORTUNE qui a déja un niveau national, et Antoine LEFORT, qui peut prétendre à un tel niveau. La difficulté des jeux des îles réside dans le fait que, d’une année sur l’autre, il peut y avoir quatre à cinq nouveaux éléments. Au regard des niveaux observés l’année précédente, l’objectif raisonnable c’est le podium avec la victoire en ligne de mire. Nous avons l’avantage de ne pas avoir de contraintes comme le décalage horaire, par exemple.
Du 8 au 10 mai sera organisé au Gosier un stage intensif de préparation.

- La pratique de la voile suscite t’elle un engouement chez les Guadeloupéens ?

L’engouement existe et est significatif. On peut le dater de l’année précédent la route du rhum. Cet engouement est dans la pratique, dans la culture, dans la population qui vient voir les régates. Le fait nouveau est que l’on constate un engouement pour la voile dite moderne(planche à voile, ,optimist, catamaran, etc.), sachant que la voile traditionnelle a toujours drainé des foules importantes. Au niveau de la pratique, ce sont souvent les mêmes qu’on retrouve dans les différents types de voiles.
Il faut aussi souligner un engouement des politiques : La région a par exemple, présenté un projet de développement nautique et est vraiment volontaire en ce qui concerne le nautisme en général et la voile en particulier. On s’intéresse à la voile, certes, mais surtout à ses valeurs intrinsèques, à ce qu’elle représente, à savoir, l’esprit d’équipe, le voyage, l’exploration, l’écologie, etc.
De concert avec l’idéologie ambiante qui vise à valoriser le nom polluant, nous nous investissons pour rendre la voile moins polluante qu’auparavant.
Sport de ballade, d’exploration, la voile reste aussi un sport de pilotage, un sport de matériel. Cela implique de la part du pratiquant une capacité à utiliser des équipements, une capacité à gérer les risques inhérents à la pratique, et, enfin, une gestion saine, à travers, par exemple, le souci de la préservation du matériel. Les entreprises sont très preneuses, elles qui sont sensibles aux valeurs de l’assurance, de l’assistance et du défi.

- Quelles perspectives peut ouvrir l’organisation des jeux des îles ?

Ces jeux vont permettre de sensibiliser le public sur ce que l’on peut réaliser en Guadeloupe en matière de voile. De plus, on compte mettre en place un plan voile, qui consiste en un plan d’équipement nautique sur cinq ans. Il s’agira d’acheter les équipements utilisés durant les jeux, avec des crédits région (50°/°), Etat (20°/°), et une part personnelle des acquéreurs (30°/°), qui sont les clubs de voile. Bref, il s’agit de développer la voile sur un maillage de la Guadeloupe allant de Saint-François à Basse-Terre, sur six écoles de voile qui se verront remettre un pack(Huit optimist et un bateau moniteur), à charge pour eux de développer la voile dans leur commune sur une période de cinq ans. Il s’agit en substance de les aider à rafraîchir leur flotte et à passer un cap.

Haut de page