Championne automobile et conseillère municipale, Myriam Coyère est l’initiatrice du Rallye jeune, manifestation ouverte aux jeunes Gosiériens âgés de 18 à 25 ans et titulaires du permis B.

Myriam Coyère, qu’est-ce qui a motivé l’organisation de cette manifestation ?

Etant sportive et pilote automobile, passionnée par mon sport et conseillère municipale de la ville du Gosier( elle est membre de la commission des sports), je me devais de présenter une manifestation axée sur le sport automobile.
Sachant que j’ai beaucoup de supporters sur la région du Gosier, c’est aussi une façon de me rapprocher davantage de mes fans et de mes jeunes supporters.

Comment va se dérouler ce rallye ?

La sélection sera faîte par élimination. Des slaloms seront réalisés sur des voitures de séries, en l’occurrence, deux peugeot 207. A l’issue de ces épreuves, les trois meilleurs seront maintenus et le meilleur ira faire un stage de pilotage en France. Les deux autres feront fonction de co-pilotes, dans le cadre d’une séance d’essais aux côtés de Max Berville.

Pouvez vous nous en dire davantage concernant le stage de pilotage qui va se dérouler en France ?

C’est un stage d’initiation, durant lequel il va faire l’apprentissage de toutes les techniques de pilotage, conduite, prise de note, façon de tenir le volant, etc.

Qu’est-ce qui a motivé le choix des parrains ?

Stéphane Nègre est un jeune Gosiérien, qui a déjà été champion de Guadeloupe, tout comme Max Bervile, champion de Guadeloupe et résident gosiérien, pour ne rien gâcher.

Quelles sont les difficultés inhérentes à l’organisation d’une telle manifestation ?

Aucune ! Le partenariat avec Auto Guadeloupe et l’ASAG est exemplaire. Auto Guadeloupe met les voitures à disposition et l’ASAG est rompue à ce genre de manifestations.

Entendez-vous pérenniser ce rallye jeune ?

La volonté de la municipalité est de développer et d’élargir les actions sportives sur tout le territoire. Dans cette logique, le but, est que cette manifestation puisse se dérouler, dans le pire des cas, tous les deux ans. A terme, l’intérêt est de l’ouvrir à tous les jeunes de l’archipel.

Haut de page