Le vote est un acte civique, un geste citoyen qui permet aux Français de participer à la vie démocratique du pays. En élisant leurs représentants, les Français peuvent participer directement à la prise de décision politique.
Les élections municipales, par leur dimension locale, permettent de choisir les élus dont le programme aura un impact direct sur la vie quotidienne des citoyens. Crèches, foyers de personnes âgées, écoles élémentaires, bibliothèques… Autant de lieux de vie qui sont gérés directement par la commune.

À travers les élections municipales, c’est la démocratie de proximité qui est à l’œuvre. L’objectif est bien de décider de l’avenir que l’on souhaite pour sa commune et son intercommunalité.

Qui va-t-on élire ?

- Les conseillers municipaux gèrent les affaires de la commune : action sociale, animations, taxe d’habitation, éducation…
Ce sont eux qui élisent le maire et les adjoints. Ils doivent se réunir au moins une fois par trimestre ; la séance est généralement ouverte au public.
Le nombre de conseillers municipaux peut aller de 7 pour les communes de moins de 100 habitants à 69 pour les communes de 300 000 habitants ou plus.

- Les conseillers communautaires représentent leur commune au sein de l’intercommunalité à laquelle elle appartient.
L’intercommunalité est une forme de coopération qui permet aux communes de se regrouper au sein d’un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) : communauté de communes, communauté d’agglomération, syndicat d’agglomération nouvelle, communauté urbaine ou métropole.

Qu’est-ce qui change ?

Des conseillers communautaires élus directement par les citoyens
Communes de moins de 1000 habitants. Seront conseillers communautaires les conseillers municipaux figurant en premier dans un tableau qui classera :
en tête le maire, puis les adjoints, puis les conseillers municipaux selon le nombre de suffrages qu’ils auront recueillis.

Communes de plus de 1000 habitants.
Pour la première fois, les électeurs éliront également les conseillers communautaires (intercommunalité). Au moment du vote, ils auront comme avant un seul bulletin de vote, mais deux listes de candidats y figureront : à gauche, celle des candidats municipaux et à droite, celle des candidats communautaires. Les citoyens ne votent qu’une fois pour ces deux listes, qu’ils ne peuvent séparer. Les candidats au siège de conseiller communautaire
sont issus de la liste des candidats au conseil municipal.

Les nouvelles modalités de scrutin

Il est désormais impossible de voter pour une personne qui n’est pas candidate.

Communes de moins de 1000 habitants.
Les conseillers municipaux sont toujours élus au scrutin majoritaire : le citoyen peut barrer ou ajouter le nom de personnes candidates. C’est ce qu’on appelle le panachage. En revanche, il ne peut ajouter que le nom d’une personne candidate. La liste des personnes candidates de la commune sera affichée dans les bureaux de vote. Un vote en faveur d’une personne non candidate ne comptera pas ; toutefois, le bulletin restera valide pour les autres candidats.

Communes de plus de 1000 habitants.
Les conseillers municipaux sont élus au au scrutin de liste bloquée : les listes sur le bulletin de vote sont inséparables et non modifiables. Tout ajout, suppression ou panachage entraîne l’annulation du bulletin de vote.

Des listes paritaires
Désormais, les listes sont composées alternativement d’un candidat de chaque sexe dans toutes les villes de 1000 habitants et plus ; jusqu’à présent, c’était le cas seulement dans les villes de 3500 habitants et plus.
Ainsi, si le premier candidat est une femme, le second doit être un homme, le troisième une femme, et ainsi de suite.

La déclaration de candidature

Tous les candidats ont désormais l’obligation de se déclarer avant le jeudi 6 mars à 18h auprès de la préfecture ou sous-préfecture.
Informations complètes sur les déclarations de candidature en Sarthe
Un formulaire de procuration disponible sur Internet. Désormais, pour gagner du temps, l’électeur peut remplir son formulaire de procuration sur Internet (www.service-public.fr) et l’imprimer. Il doit ensuite se présenter à la gendarmerie, au commissariat, au poste consulaire ou au tribunal d’instance (de son domicile ou de son lieu de travail), pour attester de son identité et signer le formulaire de procuration (disponible également sur place).
Le formulaire est ensuite envoyé à la mairie du lieu du vote de l’électeur qui a établi la procuration : les électeurs doivent donc s’y prendre suffisamment tôt pour laisser des délais postaux suffisants.

La pièce d’identité
Lors des élections de mars 2014, tout citoyen devra présenter une pièce d’identité pour pouvoir voter, quelle que soit la taille de sa commune, et non plus seulement dans les communes de 3500 habitants et plus.

Haut de page