Le projet intitulé Voisins Autrement dans le cadre de l’opération “Participation citoyenne” a été présenté en conférence devant le public des 3 conseils de quartiers du territoire, le jeudi 26 octobre 2017. Ce projet, initié par le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD), fait partie d’un des axes majeurs des travaux de l’instance, à savoir la sécurité.

Valérie DACALOR, Directrice de la Cohésion Sociale du Gosier et coordinatrice du CLSPD, a présenté le dispositif au public présent, qui a répondu en grand nombre aux invitations formulées par les élus en charge des 3 conseils de quartiers. La salle Léopold Hélène de l’hôtel de ville du Gosier, était comble. Il s’agissait dans un premier temps de lister les zones devant être concernées par le dispositif de surveillance et également de désigner des référents qui auront en charge la mission en lien avec les services de l’État et la municipalité. Le rôle du référent, qui est un habitant du quartier, est d’abord un rôle de pilote : il diffuse des informations aux habitants de son quartier et il coordonne le dispositif dans son environnement. C’est un élément essentiel qui favorise les relations entre le conseil de quartier, les associations, la municipalité et les services de l’État.

Néanmoins, certains habitants se sont interrogés sur leur propre sécurité quant à la fonction qu’ils doivent assumer. En effet, un seul et unique référent ne pourra jouer ce rôle, car il sera immédiatement identifié par des individus potentiellement dangereux et le risque est trop important. Il serait alors facile de s’en prendre aux habitations des référents ou même à leur propre personne. Julien BONDOT, élu délégué du quartier n° 3, a alors proposé de désigner un trio de référents pour une même zone, qui se seront connus que des autorités et non plus de tout le quartier. Aussi, d’autres habitants ont demandé que soit mis en place le volet environnemental, afin de faire émerger les consciences éco-citoyennes des habitants. Cependant, ce volet ne peut être intégré au protocole de façon réglementaire car cela n’est pas prévu par le législateur. De plus, la ville du Gosier a transféré à la communauté d’agglomération la compétence de la collecte des déchets.

L’ensemble du public a salué cette initiative qui ne peut être que bénéfique pour les habitants du Gosier. En revanche, l’accompagnement social soit prévaloir au lieu de dénoncer des faits de délinquance et plus particulièrement, dénoncer des individus. Les formes de délinquance étant si diverses, les familles devraient être mieux suivies par les services de l’État pour éviter les ruptures dans la scolarité et le décrochage scolaire, qui conduit bien souvent à l’oisiveté puis aux conduites addictives.

Les choix des quartiers où seront mis en place le dispositif en priorité ont été opérés par le public présent, au cours d’un vote à main levée.
Ainsi, pour le quartier n° 1 : Plateau Saint-Germain ; pour le quartier n° 2 : Cocoyer et pour le quartier n° 3 : Pliane (4 chemins).


CONSTAT

Selon les derniers chiffres de la sécurité publique, les cambriolages ont connu une recrudescence sur le territoire du Gosier. En effet, de janvier à novembre 2016 le nombre est passé de 256 à 356 soit une augmentation de 27%, pour les habitations principales de 224 à 314 soit une augmentation de 40%.

Afin de permettre la baisse de ces infractions et du sentiment d’insécurité dans les quartiers de la ville, il est proposé de créer ou de recréer du lien social en favorisant l’entraide et l’écoute en réseau pour résoudre les problèmes d’incivilités à travers un dispositif intitulé PARTICIPATION CITOYENNE.

OBJECTIFS

• Rassurer la population et lutter contre le sentiment d’insécurité ;
• Améliorer la réactivité des forces de sécurité contre les phénomènes de délinquance ;
• Mettre en échec les personnes mal intentionnées ;
• Contribuer à créer des liens de solidarité entre les habitants ;
• Accroître l’efficacité de la prévention de proximité : la collectivité
et les habitants deviennent acteurs de la sécurité et de la prévention.

> Le dispositif PARTICIPATION CITOYENNE basé sur le principe du volontariat, représente une chaîne de vigilance au titre de la sécurité des biens et des personnes. Il repose sur la solidarité et la citoyenneté de chaque Gosiériens. La surveillance de voisinage désigne l’action d’un ensemble de personnes d’un quartier, d’une rue, qui se mobilisent dans le but de prévenir la délinquance et surtout les cambriolages pour une meilleure tranquillité publique.

> Le dispositif PARTICIPATION CITOYENNE a pour but est de former un maillage de personnes volontaires dans l’ensemble des quartiers afin d’assurer une vigilance passive, dans le respect de la vie privée de ses concitoyens, sur des déplacements ou comportements suspects. C’est également entrer dans une démarche de prévention de la délinquance en partenariat avec les forces de l’ordre, afin de diminuer les cambriolages, actes de délinquance ou agressions.
Cette chaîne de vigilance est mise en place, avant tout, dans un but de dissuasion. D’ailleurs, à l’entrée de chacun de ces quartiers, un panneau signale son adhésion à l’opération.

MISSIONS

Les missions du dispositif PARTICIPATION CITOYENNE consistent en :

  • créer un réseau dans le quartier pour amener de la vigilance dans des secteurs prisés notamment par les cambrioleurs,
  • intervenir auprès des forces de sécurité (municipale et nationale) pour informer de présences suspectes,
  • préserver les traces et indices après avoir prévenu les autorités si une maison venait à être visitée… « C’est un acte de surveillance citoyenne ».
  • être attentif à des faits inhabituels. Le résident est vigilant de ce qui se passe dans la rue ou aux abords. Le voisin vigilant veille, mais ne surveille pas (il ne s’agit pas de « surveiller » son voisin !). Il ne remplace pas les forces de l’ordre. Son rôle est de signaler simplement un événement suspect (véhicule douteux, départ de feu, fenêtre ou porte d’une habitation ouverte en l’absence des occupants, ne pas avoir aperçu depuis longtemps une personne seule ou vulnérable, perception de cris ou de bruits anormaux, …) Il peut alerter les services de police municipale ou de gendarmerie au 17.

MISE EN OEUVRE

La mise en oeuvre du dispositif PARTICIPATION CITOYENNE passera par l’établissement d’un protocole entre la Ville du Gosier et l’État à travers la Direction Départementale de la Sécurité Publique de Guadeloupe et le Procureur de la République. Ce protocole mettra l’accent sur les points suivants :

  • le renforcement de la relation autorités/population,
  • la désignation de citoyens référents choisis pour leur honorabilité et leur disponibilité,
  • la désignation d’un policier référent et d’un suppléant pour faciliter l’échange réciproque d’informations,
  • l’identification des quartiers ou voies concernées par le dispositif,
  • l’implantation d’une signalétique particulière aux entrées de quartiers, lotissements, ou voies, dans lesquels le dispositif de participation citoyenne est mis en place.

La présentation du dispositif PARTICIPATION CITOYENNE est portée par le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) en partenariat avec les élus référents des conseils de quartiers :
> Conseil de quartier n° 1 : Renetta CONSTANT
> Conseil de quartier n° 2 : Marie-Antoinette LOLLIA
> Conseil de quartier n° 3 : Julien BONDOT
Haut de page