Le temps des poètes a toujours été un événement culturel majeur de l’association pour la connaissance des littératures antillaises, autrement appelée ASCODELA. C’est donc, un public nombreux qui était présent à la séance du club, le vendredi 23 mars 2018 à la salle Léopold Hélène de la mairie du Gosier.

La soirée qui s’est déroulée en deux parties, a d’abord laissé une large place à la déclamation. Tour à tour, membres du club et invités, se sont mis en scène pour déclamer des textes aussi divers que surprenants. En effet, plusieurs haïku ont été prononcés par un passionné du Japon. Un haïku étant un poème japonais court composé de 3 vers. Il retranscrit la beauté fugace d’un instant de vie ou exprime un sentiment éphémère fort. D’autres textes, plus familiers au public ont été prononcés. Les langues de Molière, de Shakespeare, de Glissant, de Rippon et de Cervantes, ont été mises à l’honneur par petits et grands. Ainsi, le jeune Sergio et son grand-père Michel ont déclamé un poème composé par ce dernier. Une auteure a fait une réponse en poésie, au très célèbre poème de Guy Tirolien "Prière d’un petit enfant nègre". En préambule, elle raconte au public comment s’est opérée la rencontre avec cet auteur, alors qu’elle n’était qu’en CM2. Un poème de Florette Morand retraçant les événements du cyclone Inès en 1966 a été mis en scène par la danseuse Yam Narcisse. Un véritable tableau son et lumière qui a ébloui les spectateurs.
En deuxième partie de soirée, Winny Kaona a offert au public diverses chansons traditionnelles sur des airs de biguine. Fille spirituelle de Moune de Rivel, sa déclamation en musique du poème Credo de Guy Tirolien, a ému plus d’un.

Cette séance poésie a été animée par Francine CORNÉLY et Georges JEANNE, respectivement, Présidente et Trésorier de l’association ASCODELA, en présence de Jocelyn MARTIAL, élu de la Ville du Gosier.

Haut de page