Jeunes, vieux, moins jeunes, le public était nombreux et hétéroclite. Les élus se sont déplacés en nombre et parmi eux figurait le Maire, Jean-Pierre DUPONT ; souriant et détendu, il a pris la peine de saluer les personnes présentes et d’échanger avec certaines d’entre elles. « L’élection de miss Gosier doit être une manifestation à la portée de tous. Il n’est pas question qu’elle soit confinée dans un hôtel de luxe et que les personnes voulant y assister soit obligées de débourser jusqu’à 60 euros. Cette élection doit être gratuite et ouverte au plus grand nombre, je ne le dirais jamais assez », a-t-il dit au représentant d’une télévision locale.

Après une allocution de bienvenue de Christiane GANE, vice-présidente de la commission fête et cérémonie et cheville ouvrière de l’élection, les six candidates (Karine BLIRANDO, Elodie DUNOYER, Alexandra COLLETIN, Yasmina CUSTOS, Mézila MONDOR, et Alexandra BAGE) se sont succédé sur la scène, vêtues de costumes traditionnels et créoles (confectionnés par Justine KANCEL).
D’ailleurs notre langue fut mise à l’honneur à travers une présentation originale d’elles mêmes par ces demoiselles, mais aussi de proverbes créoles qui ont ravi l’assistance.
Après ce premier passage, c’est Rony THEOPHILE, artiste aux multiples facettes qui s’est produit, chantant de nombreuses biguines. Il faut souligner qu’il a eu le souci de l’interactivité avec le public.
Durant la prestation de Rony THEOPHILE, les concurrentes ont été laissées aux bons soins de Karine KANCEL (Hibiscus Beauté), esthéticienne, Justine KANCEL (Tine Afrik) créatrice de mode et de l’équipe d’Anne coiffure.
Pendant ce temps, les jeunes danseuses de l’ASC Cocoyer se produisaient, à la grande joie du public et d’un Luc SILVESTRE (Président de l’association) particulièrement attentif. Dans la foulée, c’est Antonin Martial accompagné des chanteurs musiciens et danseuses de son groupe « Libèté » qui se sont produits, suivis par le flamboyant Jean-Marc FERDINAND, qui a enflammé le stade de Montauban aux sons de « tchikichi », « hélikopta », etc., les jeunes filles de l’ASC Cocoyer pour un deuxième passage et, enfin la jeune chanteuse originaire de Martinique, « Kim » et, enfin, les comiques de « Pawol Pou Ri ».
Après cet intermède artistique, ce fut le passage en maillot de bain (confectionnés par Mack Jo Créations). Curieusement les flashes ont davantage crépité que durant le premier passage.
Enfin, vint le passage décisif, celui ou ces jeunes demoiselles ont du défiler en robe de soirée et, surtout, donner leur opinion sur le thème de la fête : « Voyage au cœur de l’art : Peinture et musique ». Un tel exercice, cela va sans dire s’avère particulièrement hardu, surtout devant plus d’un millier de personnes….. Si l’ensemble des jeunes filles aura été loin d’être ridicule, deux d’entres elles ont tout de même été plus à l’aise que les autres : Mézila MONDOR (de Grand-Bois) et Yasmina CUSTOS (de Grande Ravine).
Compte tenu de la qualité des concurrentes, d’aucuns ont pensé à juste titre que le jury aurait eu fort à faire pour les départager.
Alors que le jury s’était retiré pour délibérer, on ne pouvait qu’être frappé par la sérénité et le calme des candidates. Discussion avec la famille, les amis ou le petit copain, poses photos et séances de photos souvenirs avec Warren et Keysha, la bonne humeur était de rigueur.
Après le tour de chant de Warren, lequel a déclenché l’hystérie de nombreuses jeunes femmes présentes dans la foule, le moment fatidique de la proclamation des résultats est intervenu.
Exit les 5ème et 4ème dauphines, trois jeunes filles ont été élues 3ème dauphines : Alexandra COLLETIN, Elodie DUNOYER, et Alexandra BAGE.
C’est Méliza MONDOR qui a reçue l’écharpe de deuxième dauphine. Par la suite, Jean-Claude MONTOUT a demandé à Karine BLIRANDO et Yasmina CUSTOS de s’avancer…….
C’est donc parmi ces deux demoiselles que se trouvait la future miss Gosier……
L’attente ne fut pas longue et c’est Yasmina CUSTOS qui a obtenu les faveurs du jury et qui aura donc l’honneur de représenter Le Gosier à l’élection de miss Guadeloupe. Elle a pris le micro et, s’adressant au public (il est vrai irréprochable, l’autre soir), elle s’est exprimée en ces termes : « Je vous remercie pour le courage que vous m’avez insufflé ce soir. De plus, je tiens à remercier l’association sportive et culturelle de Grande Ravine, qui m’a beaucoup soutenue », a donc déclaré celle qui avait été élue miss Grande Ravine en 2007.
Photographiée avec le Maire et Jacques GILLOT, mitraillée en long et en large par les photographes, une fois ses obligations achevées, elle s’est retrouvée entourée par sa famille ses amis et des membres de l’ASC Grande Ravine, dont la délégation était assez conséquente.
Par les suites, les personnes installées aux abords de la pelouse ont été conviées à un excellent cocktail offert par la municipalité. Rendez-vous est pris l’an prochain, pour l’élection de miss Gosier 2010.

ILS ONT DIT :

Yasmine CUSTOS, Miss Gosier 2009 :

« C’était un challenge que je devais relever. Je devais prendre part au concours depuis l’an passé, mais des obligations familiales m’ont amené à me désister.
Pour moi, tout était psychologique : Il me fallait m’entraîner et travailler mon élection.
Je n’ai pas beaucoup dormi ces derniers jours, du fait de la préparation et je suis fatiguée. Je tiens à souligner que toutes les filles étaient sympas. Participer à l’élection de miss Guadeloupe est un grand honneur et cela me permettra d’évoluer un peu plus. Mais en tout cas, il n’est pas question pour moi d’envisager de faire carrière dans la mode. Je poursuis mes études et suis tournée vers le social ».

Christiane GANE : Vice-présidente de la commission des fêtes et cérémonies :

« L’an passé j’étais contente. Et pourtant, nous avions rencontré beaucoup de difficultés. Cette année, la commission a pu travailler dans des conditions optimales.
Néanmoins, il y avait un doute initial quant à la tenue de la manifestation. En effet, le nombre de filles était insuffisant à la base. Par conséquent celles qui se sont inscrites ont pu vraiment se préparer que pendant une semaine et demie, tous les jours. Il y avait une émulation mais pas d’esprit de compétition. Chacune voulait tout simplement gagner en donnant le meilleur d’elle-même. De plus, l’impartialité du jury ne fait l’ombre d’aucun doute. Il a d’ailleurs soigneusement été sélectionné et tenu secret jusqu’au jour de l’élection : Je tiens à le féliciter pour son professionnalisme ».

Justine KANCEL (Tine Afrik), créatrice de mode :

« Une manifestation de miss rime avec popularité. J’ai vu les jeunes filles prendre confiance en elles mêmes au fur et à mesure. En coulisse, la présence des parents, ainsi que l’encadrement apportent une touche très conviviale. En ce qui me concerne, la manifestation n’a pas commencé aujourd’hui, mais il y a une quinzaine de jours. Elles ont aimé le style des vêtements que j’ai mis à sa disposition. Par la suite, il a fallu effectuer des retouches pour tout mettre à leurs tailles. Aujourd’hui, c’était la finition, dans l’attente de la manifestation »

Karine KANCEL( Hibiscus Beauté), esthéticienne :

« Je travaille avec les filles depuis une quinzaine de jours. Il s’agissait de les détendre et de les relaxer. Par la suite, j’ai procédé à leur épilation complète du corps. Cette opération est nécessaire, notamment en ce qui concerne le passage en maillot de bain ».

« ANNE COIFFURE », coiffeuse :

« Les choses se passent bien. Je trouve la participation du public très active. Les Gosiériens soutiennent vraiment les filles. Ils ont un très bon esprit. Il faut également souligner le mélange entre générations. Il est très intéressant de voir jeunes et vieux se côtoyer ».

Haut de page