Parlez nous de l’ASC Cocoyer…

J’ai connu l’association quand j’ai commencé à jouer au foot, vers 12-13 ans. Mon adolescence a été bercée par la structure. La convivialité y était un maître mot. A ma majorité, je suis parti en France, donc j’ai été quelque peu déconnecté. L’association a connu une période difficile en 2005. Pendant trois années, elle n’a pas fonctionné et a été privée de local et de terrain. Tous ces éléments ont fait qu’elle a perdu ses lettres de noblesse, elle qui occupait bien le quartier

Vous avez donc par la suite décidé de la réactiver

En 2008, la commune du Gosier a fêté Cocoyer. A cette occasion un petit noyau composé par des gens du quartier a décidé de faire en sorte que l’association puisse contribuer à la fête. Nous nous sommes réunis à Mare à Bwè sur une base hebdomadaire. Devant le succès de la fête, nous avons décider de persévérer dans cette voix. Nous avons décidé de renouveler le Conseil d’administration, ce qui a été fait lors de l’assemblée générale du 19 octobre 2008.

Quelles ont été les actions mises en œuvre depuis lors ?

En décembre 2008, nous avons organisé un chanté nwèl. Nous avons également décidé de mettre en place une section de danse moderne. A pâques, un camping a été mis en place sur le terrain Moulin à Cocoyer. Notre objectif est de rassembler un maximum et faire venir les habitants de Cocoyer à Cocoyer. Ils doivent faire bénéficier l’association de leur savoir-faire.

Comment avez-vous géré la fête de Cocoyer cette année ?

Nous avons créé un comité de pilotage, qui a retenu comme thème de la fête, « La renaissance ». De nombreuses activités et manifestations ont été proposées comme un léwoz, un bal public, un déjeuner en musique. Catherine Pacôme Isidore, secrétaire et chorégraphe de l’association a organisé un show durant la fête. De plus, l’esthétique a été prise en compte à travers la décoration du podium.

Quel bilan pouvez vous dresser à la suite des festivités ?

C’était une épreuve de passage pour moi, en tant que Président. Après la fête, nous avons enregistré des adhésions supplémentaires. C’est très bénéfique et c’est le résultat de la manifestation, de la façon dont elle a été menée, de son côté populaire. Nous avons eu des retours assez positifs. Je tiens à adresser un grand remerciement à Ti Kan’no et Restan La, pour la retraite aux flambeaux.

Quels sont vos objectifs à moyen et long terme ?

Nous souhaitons augmenter le nombre de nos adhérents. De plus, nous avons la volonté d’avoir notre propre local, un espace qui nous soit propre. Si en plus, nous pouvons avoir notre terrain de football, nous pourrons considéré avoir réussi notre premier passage.

Haut de page