Samedi 29 mai 2010, le quartier de Belle-Plaine sera au rythme du Gwo Ka pour leur traditionnelle manifestation d’envergure KA KI KA ?
Pour cette 4ème édition, des ateliers, des stands, une conférence et un grand Léwoz seront les principales actions de cette manifestation offerte au public de 7 à 77 ans.

Programme de la manifesation :

9h00 : OUVERTURE DU VILLAGE

- Stands artisans et foire aux CD

- Atelier percussions (Molia et Lapitre)

- Atelier initiation danse avec Line Edom

- Atelier Ka - démonstration de fabrication

- Atelier Kalbas - confection de chacha avec Pascal Simper

13h00 : DEJEUNER AU SON DU KA

avec Zayann Ka sonné (Bébélé, riz et grillade)

15h30 : PRESTATION DE SLAM avec le slameur TI MALO

17h00 : DÉBAT sur le thème "An nou sonjé dèmen"
avec Félix Cotelon, Antonin Martial, C. Dahomay, Teddy Pelissier et Raymonde Pater-Thorin

18h30 : REMISE DE CADEAUX

19H00 : DÉMONSTRATION DES ECOLES DE DANSES TRADITIONNELLES : Léna Blou, Nèg Coton, AJSF, Kamodjaka, Kalbas Ka et Akadémiduka

21h00 : GRAND LÉWOZ AVEC KAN-NIDA

La marraine de la manifestation : Raymonde PATER THORIN

Présentation : Raymonde est née au "bad la sous", rue Raspail, quartier haut en couleurs de Pointe-à-Pitre. Son amour pour la culture, le sport, la danse, lui vient de ce coin de la Pwent, des fêtes de Saint-Eloi, mais aussi de l’association "Grain d’Or" de Port-Blanc Gosier où elle effectue ses premières armes de danseuse en compagnie de ses deux soeurs, Nadia et Patricia dite Tiko.

A l’école de Dubouchage de Pointe-à-Pitre, elle rencontre une enseignante qui joue un rôle capital dans ses choix professionnels mais aussi culturels : Jacqueline CACHEMIRE ; comme elle, elle sera professeur d’EPS, comme elle, elle épousera la cause de la danse Guadeloupéenne en particulier et de la danse en Guadeloupe en général.

De 1991 à 1994, avec des enseignants de Guadeloupe, Guyane et Martinique, des sommités de l’Éducation Nationale, des inspecteurs, le Recteur de l’Académie et bien d’autres, elle participe à l’intégration de l’enseignement des pratiques traditionnelles sportives et artistiques à l’école.

En 1998, Raymonde décide, sous la pression de ses élèves du lycée Faustin Fléret et de son ami Philippe CALODAT, après 15 ans passées à l’AKADEMIDUKA comme professeur de danse et formateur de créer sur le nord Grande-Terre une école de danse : KAMODJAKA (KA MODerne JAzz KAraïb).

Avec le soutien de toute une équipe d’amis, elle monte cette structure originale qui a comme maxime "SA KI TAW FÈY, MEN SONJÉ KOULÈV AN TOCH PA KA GRA" autrement dit, apprends à bien connaître et à pratiquer tes us et coutumes pour mieux t’ouvrir vers les autres, car le nombrilisme n’aide pas à grandir.

Sa philosophie : Donner à voir une danse traditionnelle contemporaine, sans dénaturer la gestuelle du corps ka mais en utilisant des procédés de création et des thématiques actuelles.

Ses dernières créations :
- 2005 : KOKÉLÈZ hommage à Madame BELAIR, Coqueleuse
- 2005 : BITASYON LÉWOZ
- 2006 : NOU KA SANM SAN SANM à Baie-Mahault
- 2006 : SI LA PLAS GRIPON à Morne-à-l’Eau

Haut de page