« L’Etat n’a pas compris qu’il y a une population qui souffre, qu’il y a un problème de pouvoir d’achat.

Le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer est parti de façon précipitée, et il semble revenir flanqué de deux médiateurs : ce n’est pas sérieux. (...) L’Etat nous renvoie entre Guadeloupéens.

Nous voulions discuter filière par filière ; Le LKP pensait que l’Etat pouvait s’impliquer, mais aujourd’hui, il faut qu’entre Guadeloupéens, nous puissions trouver des réponses, négocier et trouver des solutions.

Toutes les entreprises ne pourront pas aligner 200 euros il faudra donc négocier et lister celles qui peuvent le faire.

Nous sommes Français. En période de crise, l’Etat aide les entreprises, cela s’est récemment produit dans les domines de la banque et de l’automobile. Il faut donc pousser le Gouvernement à prendre en compte nos difficultés. »

Haut de page