Vendredi 26 mars dernier, la salle des commissions numéro deux de la Mairie du Gosier, a été le cadre d’une réunion ayant un cachet particulier. En effet, Jean-Pierre Dupont, le Maire du Gosier, accompagné de ses adjoints Solaire Coco, Vice Président de la commission Développement économique et José Sévérien, Vice Président de la commission Tourisme ont reçu les attributaires des carbets situés près de La Poste.

En pénétrant dans la salle, ces derniers se sont vus remettre un dossier comprenant, la liste des attributaires, le règlement intérieur, un état des lieux, ainsi qu’une carte de la ville et un exemplaire du dernier « Grand Gouzié », le magazine municipal.

« Nous avons souhaité mieux organiser l’activité autour du Calvaire, de La Poste et de l’église. Il s’agissait de mettre les Gosiériens soucieux d’exercer une activité économique dans les meilleures conditions », a déclaré Jean-Pierre Dupont. D’ailleurs, la mise à disposition gratuite desdits carbets procède également de ce souci.

Après avoir procédé à l’appel des attributaires, le Maire a lu l’intégralité de la convention. Il a insisté sur certains points, comme les horaires, les divers aménagements qui seront réalisés sur les carbets ( les électriciens de la ville vont, dans les meilleurs délais des travaux visant à en assurer l’éclairage), la question des désistements ( le Maire à rappelé que, le cas échéant, la ré attribution relèverait de sa compétence exclusive) et surtout la nécessité de garder l’espace les accueillant dans un état de propreté irréprochable.

Solaire Coco a souligné le fait que le nombre de candidature ait rendu nécessaire d’octroyer non plus cinq, mais dix places aux administrés désireux d’exercer une activité économique sur les carbets.

Après la signature de leurs conventions et de leurs cartes, les attributaires ont pu prendre possession des carbets.
« Je vous souhaite d’avoir une activité convenable, vous permettant de vous tirer d’affaire. Si les choses sont bien faites, je pense, qu’avec l’activité touristique, vous pourrez tirer votre épingle du jeu », a conclu Jean-Pierre Dupont.

Haut de page