À l’occasion de la fête patronale, des visites guidées de la mairie du Gosier ont été organisées ce jeudi 22 août, par la direction des Archives et de la documentation, pour découvrir cet édifice moderne qui a évolué avec son temps.

La visite nous fait remonter au 10ème siècle avec les débuts de l’appellation ”hôtel de ville”, nom hérité du Moyen-âge, et ce n’est qu’au 16ème siècle que cette appellation s’impose dans tous les villages, et colonies de France. C’est en 1789 que l’on voit apparaître le terme de "mairie".

Valérie Boucaud, guide interprète national à l’office du tourisme intercommunal de la Riviéra du Levant, plonge les visiteurs dans l’histoire de la mairie du Gosier. Cette dernière a été construite en 1931. “Le maire Amédée Clara, dont le boulevard porte le nom, a été à l’initiative de la construction de la 1ere mairie”. Si au départ l’établissement n’était qu’une petite structure avec au rez-de-chaussée le service état civil et le bureau du maire, ainsi que deux salles à l’étage, depuis elle s’est considérablement développée. Le bâtiment a été agrandi à l’arrière de la structure d’origine. À l’extérieur, la façade est passée en revue. ”On a l’impression d’être sur un vaisseau. Ce bâtiment moderne est en lien avec la mer et l’îlet en face“, raconte la guide Valérie Boucaud.

À l’intérieur, les visiteurs ont découvert les coursives, les différents services, la salle de mariage qui se trouvait être l’ancienne salle des délibérations. 115 mariages y ont été célébrés en 2018 et 31 cette année. “Au 10e siècle, les gens échangeaient des anneaux de jonc. C’est au 12e siècle que le mariage devient public”, raconte la guide. Les élus de la ville se sont mêlés à la visite pour enrichir la connaissance des visiteurs. Christian Thénard, vice-président de la commission vie associative a présenté les différents maires de la commune. José Séverien, le premier adjoint, a présenté les services et le conseil municipal. “J’ai beaucoup appris sur l’histoire de la ville et découvert l’évolution du bâtiment. Les mairies sont déclassées ou détruites, mais pas celle-ci”, se réjouit Bruno. Pour Elisabeth et Pascal, habitants de la Bouaye : “c’était une visite intéressante et enrichissante.” Pendant 1h30, ils ont plongé à travers 90 ans de transformation de l’édifice.

Haut de page