Pour assurer la sécurité du quotidien et le bien-vivre ensemble sur le territoire, le GPO (Groupe de partenariat opérationnel) vient d’être relancé. Le dispositif a été présenté au maire, Cédric Cornet, lors d’une réunion de sécurité, ce lundi 21 septembre 2020.

Le Groupe de Partenariat Opérationnel est un nouveau dispositif mis en place par le Ministère de l’Intérieur. Le GPO a été lancé suite à la PSQ, la Police de Sécurité au Quotidien. Il réunit autour de la table les acteurs de la sécurité au quotidien, dont la police nationale, la police municipale, les agents municipaux, les élus, et le maire, qui réfléchissent ensemble aux solutions à apporter à une problématique de sécurité identifiée.
Ce dispositif a pour but de mieux coordonner le travail des différents acteurs de la sécurité et d’apporter les solutions les plus adaptées de manière réactive. Ce lundi, il s’agissait d’une réunion de prise de contact afin de relancer la machine. “L’objectif est de coordonner la ville, la police municipale et la police nationale. C’est une première rencontre pour apprendre à se connaître, mener des sujets en symbiose et faire que la population soit mieux protégée. Mais aussi pour voir comment on peut travailler tous ensemble à la sécurité des Gosiériens”, précise le maire, Cédric Cornet.

Deux Groupes de Partenariat Opérationnels ont été installés sur le territoire de la ville du Gosier. Le GPO A concerne la partie sud de la ville, de la Marina, Bas-du-Fort, jusqu’au sommet de Périnet. Elles devraient ensuite englober l’Houezel, Dampierre voire Dunoyer et Saint-Félix. Le GPO B concerne toute la partie nord de la ville.
Le maire a ainsi proposé de se concentrer sur des problématiques majeures : Belle-Plaine, la prostitution à Grand-Baie, le plateau Saint-Germain et ses problématiques de logement et de délinquance, Pliane, le bourg et la campagne.

Le GPO a été installé il y a un peu plus d’un an au Gosier. Il a été arrêté à la suite du confinement et des grandes vacances. Afin de faire remonter les informations, la direction de la cohésion sociale et la direction de la police municipale ont partagé un tableau de recensement d’activités aux directions concernées qui devra être alimenté en permanence pour favoriser le traitement des problématiques relevées. Le but est d’être dans l’anticipation pour apporter un meilleur cadre de vie aux administrés et que la tranquillité publique soit confortée.

Haut de page