DANS LA VIE, TOUT SE TRADUIT PAR DES FORMULES MATHÉMATIQUES !

C’est lors du défi “Résumer sa thèse en 180 secondes”, mené le samedi 13 mars 2021, à l’amphithéâtre Guy Mérault de l’Université des Antilles, que le jeune Saintannais, James Larrouy, doctorant en mathématiques, a pu développer une argumentation en 3 minutes pour convaincre son auditoire. Il remporte le challenge face à 8 autres candidats, tous aussi talentueux les uns que les autres.
James Larrouy fait partie de ces jeunes scientifiques qui veulent vulgariser la chose scientifique en la ramenant à la vie quotidienne.
“Dans mes recherches, je m’intéresse à l’optimisation, et c’est ce que tout le monde essaie de faire, par exemple, quand le réveil sonne le matin, on va vouloir prendre 5 mn supplémentaires, pensant qu’on ne sera jamais en retard. C’est le principe de fournir le moins d’effort pour arriver au meilleur résultat.”
Sa 2ème argumentation portait sur la sous diffusion, autrement dit la diffusion des fluides. Quel est le chemin d’une goutte d’encre dans du sable ?
Le réveil et la goutte d’encre sont des moyens pour faire comprendre au plus grand nombre que dans la vie, tout se traduit par des formules mathématiques.
James a suivi toute sa scolarité à Sainte-Anne. Il part au lycée à Pointe-à-Pitre, puis poursuit ses études supérieures à l’Université de Fouillole. La bosse des maths ne lui vient pas dès la seconde. Un enseignant, pas très bienveillant, lui signifie que les mathématiques ne seront son domaine de prédilection. Ce fut un véritable déclic. Alors en série ES, il décide de s’engager dans une licence de mathématiques après son baccalauréat. Il sort major de sa promo en licence comme en master. Son travail lui permet dès 23 ans, d’avoir des charges d’enseignement. Il donne à la fois des cours magistraux et est chargé de TD, en algèbre et en géométrie.
Même s’il doit suivre des stages à l’étranger pour valider son doctorat, James, veut plus de que tout, enseigner en Guadeloupe et enrichir les connaissances de jeunes guadeloupéens. Et cet amour du pays, il le doit à sa maman, Aline Larrouy, née Mathieu.


Haut de page