Avec un prodigieux parcours d’autodidacte, l’artiste Steek a su se démarquer par son talent.
Il a d’abord rejoint le monde du graff vers la fin des années 90, marquant son empreinte par d’impressionnantes murales.
En 2010, il s’intéresse au bodypainting, quelques années plus tard, il sera sacré champion du monde et ce durant 3 années consécutives, de 2017 à 2019.
En studio, ses œuvres sur toiles, allient les différents procédés qu’il maîtrise, l’aérosol, l’aérographe et la peinture.

Actuellement exposé à L’art S’en Mêle à la Riviera du Gosier, l’artiste a réalisé pour l’occasion une série captivante sur l’évolution de la vie et du corps, de la naissance à l’âge adulte, poussant à une réflexion sur l’orientation personnelle vers l’involution ou l’émancipation.
Grand admirateur de la femme, berceau de la vie, il en a fait son support de prédilection, il exprime généralement ses pensées profondes à travers des représentations féminines.

L’artiste a également repoussé ses limites en créant des portraits grâce à une déclinaison de la peinture noire, une couleur qu’il n’exploitait pas jusqu’alors dans ses réalisations. Il en découle une habile mise en perspective mêlant finesse et subtilité, portant le regard au-delà des traits visibles.

S’inscrivant dans l’air du temps, Steek apprécie les voyages vers lesquels l’emmène son art, notamment pour la proximité avec la population qui lui permet de découvrir le monde sous un œil nouveau, menant vers un élargissement de l’esprit qui se reflète indubitablement sur l’intensité de ses œuvres.


Haut de page