Dans le cadre de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets (SERD), la ville du Gosier a projeté le 21 novembre, le film documentaire "La nouvelle vie de Gédéon" de Christelle Théophile, à la médiathèque Raoul Georges Nicolo, suivi d’un débat sur l’agro-écologie.

L’ancienne décharge municipale de Gédéon située en pleine zone humide protégée, à Morne-à-l’eau, a subi une réhabilitation écologique. Un aménagement retracé dans les grandes lignes dans le documentaire de 52 minutes. La ville du Gosier poursuit la sensibilisation de la population à la réduction des déchets en diffusant ce film à la médiathèque Raoul Georges Nicolo, à l’occasion de la semaine européenne de réduction des déchets. L’objectif : montrer les enjeux écologiques et environnementaux d’une telle opération. “Ce film montre bien que les collectivités lorsqu’elles peuvent s’engager, donnent le bon exemple , déclare Julien Dino, vice-président de la commission environnement et développement durable. Nous avons eu le même problème de décharge sur le site du pont pavé à Grande Ravine. Avec la volonté des associations du quartier et de la ville nous avons pu réhabiliter le site. C’est un bel exemple“ .

La projection du film a été suivie d’un débat entre un public déjà conquis à la cause environnementale et Eric Léopold, agent du littoral à Morne-à-l’eau et Marie Gustave, présidente de l’association pour les Plantes Médicinales et Aromatiques de Guadeloupe (Aplamedarom). Ils sont tous les deux des personnages du documentaire, impliqués dans le projet. “En tant que professeur de SVT, j’ai mené des projets d’action éducative avec des élèves donc pour moi, Mornalienne, je devais m’impliquer sur ce qui se fait autour de cette zone. C’est un minimum que chaque citoyen doit faire”, insiste Marie Gustave.
Eric Léopold a assisté à la renaissance de la faune et de la flore sur le site. “On a une ceinture de forêt marécageuse. Il y a un champ de crabes, les agriculteurs y font pousser des madères. Il y a une vie qu’on ne voit pas dans l’arrière pays, des animaux qui sont revenus. On respire à nouveau”, se réjouit l’agent. Un patrimoine naturel qui a conquis Floryse : “je ne connais pas le site, je vais aller le visiter. C’est une belle réalisation et une belle découverte.”

Le site est régulièrement visité par les scolaires qui s’approprient de nouveau cet environnement. Le 10 novembre 2019, une classe a replanté des arbres. Prochainement, une pépinière de calebasse devrait y voir le jour.


Haut de page