Dans le cadre de la préparation de la saison cyclonique 2020, la Préfecture a planifié l’exercice annuel “cyclone” du 8 au 10 juillet 2020, appelé Zelda. La ville du Gosier a participé à cette simulation afin de préparer au mieux le maire, les nouveaux élus et le personnel.

9 h 10 ce vendredi matin, l’alerte rouge pour cyclone vient d’être annoncée par la Préfecture. L’ouragan imaginaire Zelda est de catégorie 2 avec des vents soufflants à 200 km/h. Dans le bureau du maire, le poste de commandement est installé et dirige les opérations. Très vite, deux personnes sont gravement blessés et transportés vers le CHU, selon le scénario. Le maire décide alors d’ouvrir le Palais des sports, un abri sûr pour la population. Le service communication diffuse aussitôt un communiqué de presse aux médias, sur les réseaux sociaux et le site internet de la ville, afin d’alerter la population du Gosier en temps réel, et de les inviter à rejoindre les 7 abris sûrs de la ville.
Ce test de préparation de la saison cyclonique permet de vérifier la bonne prise en main des plans de préparation, les moyens humains et matériels, et aussi la bonne coordination des services. “Nous devons nous assurer que pendant toute la période cyclonique notre population est protégée. Nous devons la rassurer et être sûrs que les administrés sont en sécurité”, indique le maire, Cédric Cornet. “Nous nous assurons avec les services — police municipale, pompiers, et les services de la préfecture — que tout va bien.”

L’exercice se fait sous l’œil vigilant de la Préfecture de Guadeloupe qui pilote cet exercice. Cette année, Le Gosier, Goyave et Capesterre ont été choisis au hasard pour participer à ce test. “L’objectif est d’observer pour voir comment les collectivités locales jouent le jeu. Comment ils mettent en place leurs actions et organisent leurs cellules”, explique Paul Fleurance, représentant de la Préfecture, en observation à la mairie. “C’est aussi l’occasion de voir les interactions entre les différents joueurs de l’exercice et d’avoir un retour d’expérience”, conclut-il.

Mercredi 8 juillet, la Guadeloupe avait été placée en alerte jaune cyclonique. Zelda était alors un ouragan de catégorie 1 qui se situait à 900 km de l’archipel. Il devait passer sur la Guadeloupe vendredi matin. À ce moment de l’exercice, la Direction de la Gestion et de la Prévention des Risques (DGPR) a présenté le poste de commandement et de sécurité aux nouveaux élus ainsi que l’organisation de l’exercice. Puis les membres de la cellule de crise ont mis en place les mesures préparatoires.
Jeudi, les élus et les administratifs ont participé à un atelier de prise en main de l’exercice sur la base d’un scénario inconnu. “Les élus sont mélangés avec des administratifs et doivent gérer une petite cellule de crise municipale où ils découvrent quelles sont les actions à mettre en place en vigilance jaune et orange. Le but est qu’ils échangent et réfléchissent ; qu’est ce qu’on fait ? comment on le fait ? et comment on tient sa main courante”, Axelle Baptistide, directrice de la DGPR.

Vendredi, lors de la partie pratique de l’exercice, Zelda a été renforcée en ouragan de catégorie 5, au cours de la matinée, se trouvant à quelques kilomètres au sud-est de la Désirade avec des vents moyen de 200 km sur l’aérodrome. À 10h30, l’alerte de niveau violet est lancée. La population doit alors se confiner. Une heure plus tard, le cyclone s’est éloigné des côtes de la Guadeloupe.

À 12h30, la préfecture a placé l’île en vigilance grise mettant fin à l’exercice. Ce jeu vise à tester l’ensemble des réactions des différents services mais aussi à sensibiliser la population à la culture du risque. Car la saison cyclonique s’annonce particulièrement active selon les services météorologiques. “La ville a une responsabilité pénale, on doit être au rendez-vous. La population du Gosier peut dormir tranquille” lance, serein, le maire.

La semaine prochaine, la municipalité commencera les curages des canaux de Belle-Plaine et Labrousse, justement en prévision des prochains cyclones.

Haut de page