La ville du Gosier est une commune de près de 27 000 habitants logés sur une surface de 45,20km².
La gestion des routes nationales et départementales sont déléguées par l’état à la Région, les voiries communales sont elles gérées par les Mairies. Pour la Ville du Gosier c’est donc 192 km de chemin à entretenir, pour le directeur de la société titulaire du marché, Jean-Marie Rocher, cela est un énorme charge « une route ce n’est pas un patrimoine ni une richesse, c’est un coût, c’est catastrophique d’avoir pour près de 200km de routes à gérer pour une ville, le kilomètre de route représente un coût considérable, et les routes du Gosier s’usent particulièrement vite et il faut au moins 10 ans pour couvrir toute cette zone ». Comme en témoigne les embouteillages quotidien, le Gosier est une zone de fort passage.

Pour s’atteler à la gestion des routes, la ville a donc deux marchés, un pour la réfection des voiries, et un pour le bouchage des trous, qu’elle finance chaque année à hauteur d’un budget préalablement voté allant jusqu’à 800 000€, le choix des routes concernées par les travaux annuels se base sur le résultat du rapport effectué par le Service des Voiries, la programmation est définie selon une classification par priorité (la sécurité et les cas urgents étant au haut du tableau). Tout cela soumis à validation d’un élu décisionnaire de la Commission des Travaux et du Maire de la Ville.
Avant chaque entame de travaux sur une route, il est nécessaire de faire la demande d’une permission de voirie, ensuite la ville établit un arrêté de circulation aux dates prévues.

La construction d’une route est un processus coûteux qui nécessite l’intervention d’engins spécialisés (Porte-Engin, Compacteur, Raboteuse, Finisher etc.)

Plusieurs journée de bouchage de trous sont programmées d’ici au mois de Novembre à Labouaye, Port-Blanc, Beaumanoir, Bernard, Leroux et Bozon, Moreau, Labrousse, Marina, Mare-Café, l’Houezel, Dampierre et Saint-Félix

Pour cette année 2021, plusieurs routes ont déjà été traitées (Impasse Gaston CHATEAUBON, Plateau Saint-Germain, Plateau Mitteau, Impasse Lindor, etc.) et récemment l’Impasse Moulin, une route qui avait été dégradée à la suite du passage des camions d’une société immobilière qui y construisait une résidence, cette route était donc en prévision de réfection (avec un devis signé daté du 9 septembre), en cofinancement avec la société responsable d’une partie des dommages.


Haut de page