La reconnaissance de la Ville comme Territoire Engagé pour la Nature en juin 2019, a validé les orientations prises en faveur de la préservation de ses espaces naturels et de la valorisation de son patrimoine.
Ces espaces sont entretenus régulièrement par la régie de la collectivité pour la mise en valeur des zones humides, telles que la source de Poucet, Belle Plaine, Grande Ravine, Mare à Bwé.
Toutefois, ces sites doivent aujourd’hui faire face à diverses pressions (’invasion d’espèces exotiques envahissantes, réduction de la part d’eau libre de la Mare à Bwé, la colonisation par la végétation et le comblement sédimentaire du canal de Belle Plaine…).
Pourtant, chacune de ces zones présente une spécificité, une originalité et une identité écologique propre. Elles sont complémentaires et constituent un échantillon représentatif de la trame verte et bleue du territoire, eu égard à leur diversité biologique et aux services écosystémiques qu’elles assurent. Les intérêts esthétique, écologique et scientifique qu’elles regroupent pourraient être valorisés pour représenter un attrait éco-touristique paysager et pédagogique.
La solution envisagée initialement, à savoir un curage systématique n’est à priori pas opportune, au regard notamment des espèces présentes.
L’appel à micro-projets à destination des acteurs de la conservation de la biodiversité d’outre-mer lancé en 2019 par l’Agence Français pour la Biodiversité (AFB) et le comité de pilotage du Centre de ressources TErres et Mers UltraMarines (TE ME UM) est une opportunité pour la ville de concrétiser son ambition.
Cet appel à micro-projets a pour objectif de faire émerger des initiatives en faveur de la biodiversité en outre-mer.
Montant minimum alloué à un projet retenu : 1 000 euros.
Montant maximum alloué à un projet retenu : 10 000 euros.
La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 5 août 2019 à midi heure de Paris.
Le projet est estimé à un coût total de 29 268 €. Il pourrait bénéficier de partenariats financiers et techniques, tels que notamment celui de l’Agence Française de la Biodiversité et de la Communauté d’Agglomération de la Riviera du Levant (CARL).

Vu le code général des collectivités territoriales ;

Vu le budget de la Ville ;

Vu le rapport de présentation ;

Vu l’avis favorable de la commission ‘‘Environnement et Développement Durable’’ en date du 22 juillet 2019 ;

Considérant la reconnaissance de la collectivité comme Territoire Engagé pour la Nature en juin 2019 ;

Considérant que la prise en compte des enjeux de la mise en valeur de la biodiversité contribue à l’amélioration du cadre de vie des administrés et usagers du territoire du Gosier et à l’attractivité du territoire ;

Considérant que la Ville peut bénéficier d’un soutien financier de l’Agence Française de la Biodiversité et du comité de pilotage du Centre de ressources Te Me Um, dans le cadre de son appel à micro-projets plafonné à 80% ;

Le Conseil municipal, après en avoir délibéré,

DÉCIDE

Article 1 : De valider la candidature de la Ville à l’appel à micro-projets de l’Agence Française de la Biodiversité et du comité de pilotage du Centre de ressources Te Me Um pour la mise en valeur des mares du Gosier.

Article 2 : De valider le budget global pour un montant de 29 268 €, conformément au plan de financement prévisionnel ci-après :

Collectivité Participation Montant
Ville du Gosier 62% 18 268 €
Autres financements (AFB, CARL) 38% 11 000€
Total 100 % 29 268€

Article 3 : D’autoriser le maire à solliciter une subvention auprès de partenaires financiers, dont l’Agence Française pour la Biodiversité.

Article 4 : D’autoriser le maire à signer tous les documents relatifs à ce dossier.


Fait et délibéré à Gosier le 5 août 2019

Pour extrait certifié conforme

P/O Le Maire empêché

Le premier Adjoint

José SEVERIEN


Références de la délibération : CM-2019-5S-DECV-60

Haut de page