Afin de faciliter l’exercice de leur mandat, les membres du conseil municipal peuvent être appelés à effectuer différents types de déplacements qui peuvent ouvrir droit au remboursement des frais exposés pour leur accomplissement. A cet égard, l’article L2123-14 du code général des collectivités territoriales prévoit en effet que “les frais de déplacement, de séjour et d’enseignement donnent droit à remboursement.”.

L’article L2123-18 du code général des collectivités territoriales dispose par ailleurs, que les fonctions de maire, d’adjoint et de conseiller municipal, de président et membre de délégation spéciale, donnent droit au remboursement des frais que nécessite l’exécution des mandats spéciaux. La notion de mandat spécial s’interprète comme une mission bien précise que le Conseil municipal confie par délibération à l’un de ses membres. Cette mission peut être ponctuelle, et peut s’agir par exemple d’une réunion importante ou encore d’un congrès, d’un colloque ou d’un voyage d’information se déroulant hors du territoire de la commune.

Dans ces circonstances, les collectivités locales peuvent prendre en charge les frais d’inscription, de transport et de séjours occasionnés par des formations, des rencontres de type séminaire ou des congrès au cours desquels les élus seraient amenés à se rendre.

Par délibération cadre en date du 15 octobre 2015, le conseil municipal avait fixé les conditions et les modalités de règlement des frais occasionnés par les déplacements temporaires, dans le respect des dispositions en vigueur à cette date.
Or, s’agissant des frais de transport, la loi Engagement et proximité du 27 décembre 2019 a modifié l’article L.2123-18 du code général des collectivités territoriales et prévoit désormais que les dépenses de transport effectuées dans l’accomplissement de ces missions sont remboursées selon des modalités fixées par délibération du conseil municipal, et non plus sur présentation d’un état de frais.

Ainsi, il est proposé que les remboursements s’effectuent sur la base du tarif de transport public le moins coûteux ou sur la base d’indemnités kilométriques dont le montant varie selon la puissance du véhicule et la distance parcourue sur justificatif présenté par l’intéressé..


Thématiques : Institutions et vie politique/Exercice des mandats locaux/Formations et missions des élus/Frais

Références de la délibération : CM-2020-4S-DRH-48

Haut de page